17.05.2019 |
Opinion

Adieu collège, l’uni me tend les bras!

Nous voici à la mi-mai, il ne nous reste à peine une semaine de cours. Sept jours, c’est la tension qui monte, la pression qui se fait sentir. C’est la voix des examens qui se fait entendre, les fameux examens pour lesquels nous avons travaillé, plus ou moins ardument, ces quatre dernières années. Une étape à passer pour tous les élèves de quatrième année, une étape qui va prouver notre maturité. Une période de révisions se profile, nous serons à l’apogée de notre savoir, nous n’aurons plus jamais autant d’informations sur des sujets si divers.

C’est le soulagement, pour certains, de ne plus devoir faire de maths et de physique; pour d’autres c’est le calvaire du vocabulaire, des déclinaisons et de la grammaire des langues qui disparaîtra de leur vie d’étudiants. Une porte qui se ferme, une autre qui s’ouvre. Je rejoins notre belle université dès septembre, d’autres voyagent, en Suisse ou ailleurs, visitant d’autres universités ou pour faire un séjour linguistique. Il y a ceux qui se tournent vers une formation en entreprise ou qui prennent la voie d’une haute école: HEP, HES, HEIA, HETS, les possibilités sont variées. Il y a nos deux écoles polytechniques fédérales également qui constituent une opportunité attractive. Quoi qu’il en soit, nos chemins se séparent, chacun suivant sa voie.

Même si la plupart d’entre nous ont hâte de quitter les lieux – quatre ans, c’est largement suffisant – et que le ras-le-bol se fait sentir, nous avons vécu de belles années. Certains anciens parlent même des plus belles années de leur vie! Mais cela, seul l’avenir nous le dira. C’est vrai qu’en comparaison à nos années obligatoires, le collège était bien plus agréable. Et puis, ici, nous avions le choix d’y entrer, même si c’était un choix par défaut pour une partie. Cette période nous a fait grandir, prendre en maturité, d’ailleurs ce n’est pas pour rien que le diplôme s’appelle ainsi!

Chers camarades, chers professeurs, je vous remercie infiniment pour tout ce que nous avons vécu, les bons comme les mauvais moments. Heureusement, les bons sont ceux qui resteront gravés à jamais dans nos cœurs.

L’avenir me tend les bras!

 


 

Personen aus der Zivilgesellschaft haben sich freiwillig gemeldet, um ihre Geschichten zu erzählen oder über Menschen und Besonderheiten zu berichten, die typisch für ihre Gemeinden sind. In ihren Beiträgen werden sie der Identität von Grossfreiburg auf den Grund gehen. Unter anderem werden sie sich auch mit verschiedenen Themen befassen, die im Zusammenhang mit der Gemeindefusion stehen.

Möchten Sie selber Teil des Blog-Teams werden? Nehmen Sie mit uns Kontakt auf: info@grossfreiburg.ch.

Mélissa Burkhardt

Studentin​, Kollegium Heilig Kreuz