18.06.2019 |
Reportage

Un jour avec...

Pour mes contributions à ce blog, j’ai décidé de suivre, durant une journée, des personnes que je côtoie dans mon quotidien d’Aprienne travaillant à Fribourg, soit 8 km de possibilités de contact avec les gens qui font ma région. Entamé paisiblement à Avry, ce deuxième reportage a vite pris des allures de marathon. Chercheuse, professeure, mère de famille, active dans des associations, Annamaria Colombo Wiget porte plusieurs casquettes. Mais c’est casquée qu’elle sillonne le Grand Fribourg pour répondre à ses différentes obligations mais néanmoins passions… toujours sur son vélo électrique!

7h30-horizontal.png

7h30. «J’espère donner envie à mes deux filles de devenir des femmes du XXIème siècle, libres de leurs choix mais qui ont les moyens de les assumer. Quand vous m’aurez suivie une journée, vous vous direz qu’une maman qui travaille et s’engage, ça court un peu dans tous les sens, mais je crois que j’essaie de leur montrer la cohérence de ce que je fais, les valeurs qui me motivent. Ce soir, c’est mon mari qui sera là pour elles; demain ce sera moi et je leur raconterai ma journée (ou elles liront ce blog ;-)). J’espère que cela leur montre qu’avec une dose de motivation et de passion, tout est possible.»

7h45.jpg

7h45. Départ en vélo pour Fribourg. «J’ai décidé de ne pas me laisser freiner par la peur». La réponse à la question de l’absence de piste cyclable entre Avry et le giratoire de Corminboeuf surprend l’utilisatrice de bus qui l’interviewe. «Lorsque tu te fais aspirer par un camion qui dépasse à 80 km/h – voire plus –  tu te sens en danger», illustre Annamaria. Ce kilomètre critique semble d’ailleurs retenir plus d’un Aprien à enfourcher la petite reine en direction de Fribourg.

8h00.jpg

08h00. Professeure responsable de la recherche à la Haute école de travail social de Fribourg (HES-SO), Annamaria occupe un bureau au sommet du nouveau bâtiment Mozaïk de l’école, à la rue des Arsenaux. «J’apprécie de pouvoir travailler de ma passion et de me dire que chaque instant que je passe derrière mon ordinateur sur un sujet de recherche aura une utilité dans la vie de quelqu’un.»

10h00_copyright_uqam.jpg

Copyright : UQAM

10h00. Annamaria synthétise ses notes prises la semaine précédente lors d’un colloque international à l’Université de Montréal où elle a prononcé une conférence. Endroit qu’elle connaît bien puisqu’elle y a effectué sa thèse de doctorat en Etudes urbaines à l’Université du Québec à Montréal en 2008, avant la naissance de ses enfants. «C’est très enrichissant de se confronter à un autre pays, une autre culture. Les expériences de mobilité offrent la possibilité de découvrir une perspective différente. En plus, mon conjoint m’y a suivie. Une belle aventure scientifique et humaine». Sa thèse se consacre au rôle que joue la reconnaissance dans le processus de sortie de la rue des jeunes. «Sortir de la rue, pour les jeunes ayant des trajectoires marquées par différentes formes de violences ou d’abandon, c’est vouloir à la fois qu’on reconnaisse qu’on s’est en partie construit dans la rue, mais qu’on peut aussi occuper un autre rôle social et vivre une certaine 'normalité'».

14h00.jpg

14h00. La dernière recherche dirigée par Annamaria traite de la sexualité chez les jeunes. Aujourd’hui, elle transmet ses résultats et recommandations dans le cadre d’une formation continue adressée à des éducatrices et éducateurs d’un foyer d’accueil d’urgence à Genève. «C’est passionnant d’échanger avec les professionnelles et professionnels sur le terrain, parfois aussi avec des personnes directement concernées, de les associer à nos analyses et finalement de discuter avec elles et eux nos résultats de recherche. On s’enrichit mutuellement. Et c’est un processus permanent car le sujet, l’être humain, est en constante évolution. On garde donc des contacts privilégiés avec les différents acteurs du tissu associatif et social.»

17h00_copyright_chammartin_spicher_sa.jpg

Copyright : Chammartin & Spicher SA

17h00. Préparation de la prochaine rencontre du Conseil des parents de l’école primaire d’Avry, qu’Annamaria préside. Cette dernière ne tarit pas d’éloges quant à la pédagogie et la philosophie qui y sont appliquées. «Principalement en 1-2H, mais aussi dans les degrés suivants, les enfants ont la chance de bénéficier de la pédagogie de Montessori dans le cadre de certaines branches. Les résultats, notamment dans l’apprentissage du calcul et de la lecture, sont épatants. Mais le plus visible finalement, c’est la simplicité avec laquelle l’enfant intègre de la connaissance, car il apprend de manière logique et avec tous ses sens. Dans la même approche sensorielle de l’apprentissage, élèves, enseignants et parents entretiennent un jardin potager à côté de l’école et un canapé en forêt.»

18h00.jpg

18h00. Direction le Schönberg, où le comité de l’accueil de jour Banc Public, dont Annamaria est membre, se réunit. Alternative à la rue et à l’isolement social pour les personnes en situation de précarité économique ou sociale, Banc Public offre un lieu d’accueil, de rencontre et d’information à toute personne ayant besoin de bénéficier en journée, momentanément ou plus durablement, d’un cadre protégé et chaleureux. Il s’agit du pendant diurne de La Tuile, accueil de nuit. «Quelles que soient les raisons qui amènent une personne à se retrouver en situation précaire, celle-ci a droit à la dignité et cela passe par la prise en compte de ses besoins et par le fait de pouvoir garder pied dans la vie sociale.»

A n’en pas douter, Annamaria a roulé à mille – ou plutôt à 25 – à l’heure aujourd’hui pour que certaines et certains d’entre nous ne soient pas oubliés sur le bas-côté de la route sociale.

 


 

Personen aus der Zivilgesellschaft haben sich freiwillig gemeldet, um ihre Geschichten zu erzählen oder über Menschen und Besonderheiten zu berichten, die typisch für ihre Gemeinden sind. In ihren Beiträgen werden sie der Identität von Grossfreiburg auf den Grund gehen. Unter anderem werden sie sich auch mit verschiedenen Themen befassen, die im Zusammenhang mit der Gemeindefusion stehen.

Möchten Sie selber Teil des Blog-Teams werden? Nehmen Sie mit uns Kontakt auf: info@grossfreiburg.ch.

Alexandra Lovey

Avry