17.05.2019 |
Opinion

L’avenir économique du Grand Fribourg est bleu et blanc

Les entreprises créatrices de valeur économique du canton sont dans le Grand Fribourg.

Cremo à Villars-sur-Glâne pour l’agro-alimentaire, Frewitt à Granges-Paccot pour la machine-outil, Dartfish à Fribourg dans l’informatique, Geberit SA à Givisiez dans les produits pour la construction: dans le Grand Fribourg et parmi tant d’autres, ces quatre entreprises ont un point commun. Elles font partie du «secteur quaternaire». Non, ce ne sont pas des entreprises d’un autre âge. Selon la définition que l’OCDE a donné à ce secteur, elles font partie d’un secteur économique qui combine les hautes technologies aux industries du savoir. Elles ne font plus strictement partie du secteur purement industriel, dit «secondaire» ou bleu, et ne sont pas non plus dans celui des services, le «tertiaire» ou blanc: elles valorisent industriellement la matière grise.

Comme bien d’autres entreprises dans le canton et dans le futur Grand Fribourg, elles ont compris que leur réussite tenait à ce qu’elles arrivent à mélanger leurs compétences industrielles et de services. Aujourd’hui, c’est cela qui garantit leur succès sur les marchés. Les entreprises du quaternaire sont actives dans des branches comme la chimie, les machines, l’agro-alimentaire, les appareillages, l’informatique, les instruments de précision, la recherche et le développement. C’est-à-dire là où elles combinent le savoir, la technique, la recherche et le développement, l’ingéniosité dans la commercialisation et la recherche d’un meilleur contact avec le client.

Ces entreprises ont pris beaucoup d’importance dans l’économie cantonale. De fait, selon les calculs des banques cantonales romandes qui publient chaque année les données du Produit Intérieur Brut (PIB) romand, le secteur quaternaire représentait en 2017 un peu plus de la moitié (52%) de la création de valeur totale en Suisse romande. Au niveau des cantons, Genève et Vaud sont dans la même proportion du fait de leurs poids économiques respectifs et de la surpondération d’activités typiques du quaternaire, comme l’industrie financière ou les industries de précision. Le Jura (53%) et Neuchâtel (60%) profitent aussi de l’importance de l’horlogerie et de la mécanique. En Valais, la part du quaternaire est de 49%.

Et Fribourg? Le quaternaire y représente 44% de la création de valeur. Ceci fait peut-être de notre canton la lanterne rouge romande en matière de valorisation de la matière grise. Mais cette part a fortement augmenté: au début du siècle, elle était à peine de 40%. Chez nous, cette faiblesse relative est essentiellement due à celle qui caractérise les activités typiques du quaternaire, comme la machine-outil, l’informatique, la chimie, les instruments ou encore l’industrie financière. Leurs pondérations dans la création de valeur totale du canton dépassent rarement les 10%. Par contre, notre canton est riche… de son administration!

Alors, comment peut-on soutenir que le quaternaire sera la planche de salut économique du Grand Fribourg? Tout simplement, parce que la matière grise cantonale y est concentrée. C’est là qu’elle se transforme en création de valeur. C’est là qu’il y a une université et des HES qui stimulent la recherche. C’est là qu’il y a les compétences. C’est là que des start-up et de jeunes PME cherchent – et arrivent souvent – à se développer dans les spécialités d’avenir (micro-techniques, nano-technologies, bio-médical, informatique, agro-alimentaire, impression 3D, etc..) en profitant des compétences et d’un parc technologique moderne à Marly. C’est aussi dans le Grand Fribourg que des moyennes et grandes entreprises arrivées à maturité se sont développées hors des frontières cantonales ou nationales. C’est là donc qu’il y a une densité entrepreneuriale suffisante pour attirer et fixer d’autres entreprises…

Image: Marly Innovation Center

 


 

Personen aus der Zivilgesellschaft haben sich freiwillig gemeldet, um ihre Geschichten zu erzählen oder über Menschen und Besonderheiten zu berichten, die typisch für ihre Gemeinden sind. In ihren Beiträgen werden sie der Identität von Grossfreiburg auf den Grund gehen. Unter anderem werden sie sich auch mit verschiedenen Themen befassen, die im Zusammenhang mit der Gemeindefusion stehen.

Möchten Sie selber Teil des Blog-Teams werden? Nehmen Sie mit uns Kontakt auf: info@grossfreiburg.ch.

Paul Coudret

Redaktor und Wirtschaftsberater. Autor von Büchern zu Steuerfragen. Präsident der GLP Stadt Freiburg